Gallery Software For Website by WOWSlider.com v2.6
EN BREF Attention | Site web en construction
Bienvenue chez nous
Le Coton fait partie des principales spéculations agricoles ivoiriennes tout comme le café, le cacao, le palmier à huile, l’hévéa, etc . Il est essentiellement cultivé dans le Centre et le Nord du pays. La filière cotonnière ivoirienne organisée en une Interprofession dénommée INTERCOTON, reste l’une  des filières les plus dynamiques du secteur agricole ivoirien.

Après une période de turbulence marquée par une chute drastique de la production imputable à plusieurs facteurs (crise sociopolitique,  insuffisances dans la politique de libéralisation, baisse des cours, etc.), la filière a amorcé sa relance avec une progression depuis ces trois (3) dernières campagnes de la production de coton graine (voir statistiques). Cela  a été possible grâce à une synergie d’actions entre l’Etat, les acteurs de la filière et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF).

TUO Lacina, Président
VIDEO A LA UNE

Atelier bilan à Bouaké

VIE DE NOTRE FILIÈRE

Historique de la filière cotonnière ivoirienne

Le coton, en Côte d’Ivoire, est cultivé dans le Centre et le Nord du pays, zones de savanes  non propices aux cultures traditionnelles de rente (café, cacao, palmiers à huile, hévéas,…) pratiquées dans les zones forestières du sud. Il est produit par de petits planteurs qui opèrent sur des exploitations d’environ deux à trois  hectares en moyenne. En plus de combattre la pauvreté en procurant un revenu sûr aux agriculteurs du centre et du nord du pays et de freiner ainsi l’exode vers le sud, le coton participe par ailleurs, à la sécurité et à l’autosuffisance alimentaire grâce à l’assolement avec les cultures vivrières. . Celles-ci  constituent 50 à 55% des exploitations et bénéficient des intrants du coton.Ces exploitations familiales sont reparties dans plus de 4000 villages et campements de plus de 20 départements du pays; soit sur plus de la moitié du territoire ivoirien.

» Lire la suite

Présentation de la filière cotonnière ivoirienne

  Début officiel de la culture du coton en RCI : 1962
    Création par l’Etat de la Compagnie Ivoirienne pour leDéveloppement des Textiles (CIDT) : 1974 à Bouaké

    Objectif majeur de l’introduction de la culture du coton en RCI : réduire les disparités économiques entre le nord savanicole  et le sud forestier riche (en café, cacao, palmier à huile …)

    Libéralisation et cession partielle des actifs de la CIDT : 1998/99 ;
    Capacité nationale d’égrenage actuelle : 555 000 tonnes ;
    Nombre de planteurs en 2013/2014: 115 000 ;
    Production de coton graine en 2012/2013: 352 000 tonnes ;
    Rendement aux champs en 2012 /2013 : 1027 kg/Ha ;
    Production de fibre en 2012/2013: 152 705 tonnes ;
    Rendement à l’égrenage en 2012/2013 : 43,144 %;
    Pic de production : 400 000 Tonnes en 1999/2000 ;
    Pic de rendement : 1454 kg/ha en 1984/1985 ;
    Prix d’achat du coton graine aux producteurs pour 2013/2014 : 250 F.CFA (1er choix), 225 FCFA (2ème choix);

    Populations directement ou indirectement concernées :  3.5 Millions de personnes ;
    Recette d’exportation : environ 100 milliards de FCFA par an.

» Lire la suite

La filière cotonnière ivoirienne

HISTORIQUE Le coton, en Côte d’Ivoire, est cultivé dans le Centre et le Nord du pays, zones de savanes non propices aux cultures traditionnelles de rente (café, cacao, palmiers à huile, hévéas,…) pratiquées dans les zones forestières du sud. Il est produit par de petits planteurs qui opèrent sur des exploitations d’environ deux à trois hectares en moyenne. En plus de combattre la pauvreté en procurant un revenu sûr aux agriculteurs du centre et du nord du pays et de freiner ainsi l’exode vers le sud, le coton participe par ailleurs, à la sécurité et à l’autosuffisance alimentaire grâce à l’assolement avec les cultures vivrières. . Celles-ci constituent 50 à 55% des exploitations et bénéficient des intrants du coton.Ces exploitations familiales sont reparties dans plus de 4000 villages et campements de plus de 20 départements du pays; soit sur plus de la moitié du territoire ivoirien. 4 channel stereo amplifier

» Lire la suite
RESSOURCES A TELECHARGER
Newsletter Diverses ressources
Le coton ivoirien
La dernière parution de notre bulletin d'information est disponible. Il est gratuitement téléchargeable au format pdf. Pour recevoir automatiquement les prochaines parutions, abonnez-vous à notre liste de diffusion.
Télécharger
INSCRIPTION A NOTRE MAILLISTE
Email
Nom
Société
AGENDA DES FUTURS ÉVÈNEMENTS
Journées de l’UE : la filière coton fait un zoom sur les 40 milliards FCFA d’aides reçues depuis 2004
Dans le cadre des journées de l’Europe qui se tiennent à Abidjan du 9 au 13 mai 2016, la délégation de l’Union Européenne dans notre pays et la Cellule de Coordination Côte d’Ivoire -Union Européenne (CCCI-UE) ont organisé une action de visibilité sur le portefeuille de projets financés par ce partenaire. Elle s’est déroulée le 10 mai 2016 à Abidjan, à l’espace Crae-Uemoa dans la commune du Plateau.

La filière coton, bénéficiaire de taille des appuis de l’UE n’a pas manqué ce rendez-vous. Elle était présente avec un stand aux côtés des 14 bénéficiaires, mais surtout, son Président, M. TUO Lacina et son Secrétaire Exécutif, M. SILUE Siontiamma Jean-Baptiste ont participé à un panel qui a mis en exergue tous les appuis de cet Partenaire Technique et Financier à la filière coton depuis 2004. Ils ont ainsi révélé que c’est plus de 60 millions d’euros soit environ 40 milliards de FCFA que l’Union Européenne a apporté notamment au financement de la stratégie de relance de la filière coton à travers divers actions et projets. Des appuis qui ont aidé celle-ci à se relancer. Passant de 120 000 tonnes avec que 41 000 producteurs en 2008/2009, à 450 000 tonnes et 121 000 producteurs en 2014/2015 avec une amélioration du revenu du producteur de l’ordre de 20 %, contribuant ainsi à la réduction de la pauvreté dans le milieu rural.

Le Secrétaire Exécutif de INTERCOTON a par ailleurs plaidé pour que le 11 ème FED (2014-2020) aide la filière à faire face au nouveau défi qu’est le changement climatique. Phénomène à l’origine d’une chute de 30 % de la production de coton graine à l’issue de la campagne 2015/2016.
DERNIERS TWEETS
les tweets